Flux RSS

Ma famille! L’abécédaire de la famille moderne.

Publié le

Ce qui est le plus touchant dans Ma famille!, c’est la démarche de Robert Soulières. À la fin du livre l’auteur-éditeur dit qu’il «lève le voile sur la famille qu’il s’est lui-même inventée et qui lui ressemble un peu tout de même…» À l’âge de 12 ans, il a perdu son père et «ensuite, ce fut l’hécatombe: parrains, oncles et tantes ont disparu à la vitesse de l’éclair». Robert Soulières a perdu une famille, mais en a gagné plusieurs: celle de sa femme, celle du monde de l’édition, celles de ces amis, celle qu’il a fondée, celle de la littérature. J’ajouterais aussi celle de ses petits lecteurs, ceux qui, grâce à lui, vivent leurs premiers moments de bonheur en lecture.

Voici donc un abécédaire illustré par 26 artistes québécois (13 hommes et 13 femmes), où Robert Soulières parle de cette famille inventée. Le ton est donné dès le début: la famille est inconoclaste. Entre, le chien, les jumeaux, la petite dernière, l’hospice, le quêteux, etc, Soulières brosse un portrait humain d’une famille élargie: ce n’est pas partout que l’on pense à mettre un couvert pour le quêteux, ou que l’hospice (et non pas les grands-parents) soit considéré comme un membre familial à part entière. La famille de Robert Soulières est immense car il a le regard grand, en témoigne Ibrahim et ses quatre femmes, le quêteux, l’hospice, le lit, etc. La famille de Robert Soulières regroupe des personnes croisées ou rêvées. Il suffit d’un regard ou d’un souvenir pour en faire partie. D’un regard et de beaucoup d’amour. Car il est surtout question d’amour dans cet abécédaire.

Un petit album sympathique, mais pourtant inégal, car les mots ne suffisent pas. Certes, la plume est aérée, légère, sympathique, parfois tendre, mais cela pêche du côté des illustrations. Certes je n’ai pas d’affinités visuelles avec certains illustrateurs, mais il y a surtout qu’il y a peu de surprise ou d’émerveillement: la petite touche qui fait que l’on s’arrête dessus et qu’on se laisse porter. Pour ma part, l’illustration de Marie Lafrance pour La p’tite dernière est de loin ma préférée (Marie Lafrance a d’ailleurs reçu la médaille de bronze au 3×3 children’s show pour celle-ci)

Je retiens surtout de cet album l’inventivité de Robert Soulières, c’est d’ailleurs sa marque. C’est un éditeur constamment en questionnement, constamment en recherche. Il regorge de projets, et même ci celui-ci est un peu bancal (côté illustration), on ne peut s’empêcher de se dire que, oui, quand même, qu’elle bonne idée, il n’y avait que Soulières pour y penser…

Copyright :Marie Lafrance, La p'tite dernière, Soulières, éditeur, 2011

Ma famille! L’abécédaire de la famille moderne, Robert Soulières, collectif (ill.), Soulières, éditeur, 2011, 59 p.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :