Flux RSS

Magie noire, à lire à la lueur d’une bougie

Publié le

 «Il y a longtemps que la nuit est morte ici, au centre de la ville». Ainsi, débute le mini roman Magie noire, de Benoît Broyart. Et c’est vrai, la nuit est morte en ville. La lumière est partout, elle suit chaque pas, chaque souffle. La noirceur est bannie.

Adrien aime la nuit, sa jeune voisine Marion aussi, pas par esprit de rébellion ni par une quelconque lubie adolescente. La nuit est en eux, elle est la part d’ombre qu’ils laissent exister. La nuit est leur élément. À travers Maldoror, un personnage de Lautréamont, Adrien entraîne le lecteur dans un monde sans lumière mais qui n’en est pas pour autant sans beauté. Car à travers la noirceur, le calme se répand, le souffle prend sa place et les mots résonnent plus. Comme si la nuit donnait à voir des vérités et ne tolérait pas la surabondance de mots, seul le mot juste compte.

Les extraits des Chants de Maldoror s’insèrent adéquatement dans le récit. Ils font écho à Adrien et son envie de noirceur, son envie d’exister tel qu’il est. Maldoror, personnage de la nuit, n’est pas une catharsis mais l’expression individuelle d’un être exalté où la force de vie passe par la révolte et l’amour. Adrien et Maldoror ne font qu’un. Si le récit peut paraître sombre, seule l’obscurité ambiante lui donne cet aspect. Ce qui ressort plus que tout est l’impression d’assister à un rendez-vous d’amoureux. Toute cette noirceur, toute cette nuit, est propice à la rencontre de deux adolescents qui se reconnaissent l’un dans l’autre. Adrien et sa voisine Marion n’ont pas besoin de l’éclat ni de babillages incessants. Leur fascination pour la nuit est plus qu’un point commun, elle est leur point d’ancrage et leur protectrice bienfaisante.

Dans Magie noire, la nuit est un cocon, une invitation à lire une rencontre amoureuse à la lueur d’une bougie.  Magnifique, tout simplement.

Magie noire, Benoît Broyart, Sarbacane, 2011

Advertisements

"

  1. Intrigant !!!
    Intéressant !!
    Je vais sûrement me laisser tenter.
    Merci !

    Répondre
  2. Je n’ai pas du tout accroché… décalage entre le petit format jeune et le propos quand même limite adulte. Et puis il parle bien de tuer ses parents, je crois me rappeler ? Ca m’a fait froid dans le dos !

    Répondre
    • Maldoror parle de tuer,il me semble oui. J’ai vu ça comme un fantasme. Maldoror est un personnage qui fait froid dans le dos effectivement. Il est l’echo sombre d’Adrien.

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :