Flux RSS

Où il sera question de censure

Publié le

En ce moment, je m’intéresse à la censure en littérature jeunesse. Je m’intéresse, je me m’étonne, je m’énerve, je m’inquiète aussi. Mais surtout je m’insurge. Je vais commencer une série de billets sur divers livres jeunesse qui ont fait l’objet de censure -ou de demande de censure-, qui ont défrayés la chronique, qui ont subi le courroux d’esprits soucieux de « préserver l’équilibre de la jeunesse ». Je vous propose de faire de ces billets des lieux d’ échange et de questionnement. Si vous avez été témoins ou avez connaissances de titres censurés, n’hésitez pas à m’en faire part.

Petit avant goût visuel avec ce livre ayant choqué et effrayé nos « grands » et dont je parlerai sous peu.

La soeur de Robert, Marie-Louise Gay, courte échelle, 1983

Publicités

"

  1. Chez Gudule y’en a eu. Elle en avait parlé dans l’interview qu’on a fait d’elle. Elle a fait un roman sur le préservatif, l’amour en chaussette et certains ont voulu le virer des bib des écoles. Elle a aussi une histoires sur un trans qui a été brocardé et jamais éditée. Si tu veux je te cherche les liens où elle en parle

    Réponse
  2. Pour l’histoire sur la transexualité : http://gudule.over-blog.com/article-grands-moments-de-solitude-9-95097940.html
    Et l’interview : http://lamareauxmots.com/blog/?p=29 (4ème question « LMAM : Vous avez été une des premières à écrire des histoires pour enfants qui ne les prennent pas pour des idiots, cela vous a-t-il causé du tort ? (boycott, souci de distribution,..)
    Gudule : Et pas qu’un peu ! Mon côté « pas politiquement correct » m’a valu pas mal de refus, alors même que mes livres plaisaient aux lecteurs et récoltaient de nombreux prix. D’ailleurs, il m’arrive encore aujourd’hui de me faire refuser des manuscrits par des éditeurs qui, par ailleurs, vendent certains de mes titres à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires. Les trois quarts de mes livres m’ont été refusés au moins une fois, Je raconte, dans l’avant-propos de « Les filles mortes se ramassent au scalpel » (recueil de huit romans fantastiques, parus il y a trois ans aux éditions Bragelonne) les pérégrinations d’un manuscrit maudit, qui passe ainsi d’éditeur en éditeur, et en sort à chaque fois un peu plus mutilé. Mais il est loin d’être le seul ! Il ne fait pas bon avoir « mauvais genre » dans la littérature française pour la jeunesse !
    Par ailleurs, des romans comme L’amour en chaussettes ont été boycottés et traînés dans la boue par des enseignants et des parents d’élèves, avant d’être réédités dans des collections aussi populaires que « Toi+moi », chez Pocket jeunesse. »

    Réponse
  3. Sujet très intéressant!

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :