Flux RSS

Jean a deux mamans: la marginalité avancée comme motif de censure

Publié le

En 2004, le tout-carton Jean a deux mamans a soulevé la controverse car il met en scène un couple de lesbiennes élevant un enfant. Une mère s’en était émue. Elle se sentait mal à l’aise avec ce livre, se sentait «piégée» et trouvait intolérable la présence du livre en bibliothèques. D’après une citation du site internet Culture et questions qui font débats, elle s’est demandée si elle était intolérante. Au moins, cette lectrice se posait la question, s’interrogeait sur le fait que ce livre la gênait, et qu’elle ne se sentait pas prête à le lire à son enfant. Tout le contraire de la pédiatre Edwige Antier pour laquelle « ce genre d’histoire peut nuire à la construction de l’enfant ». La pédiatre parle de l’homosexualité comme «un fait marginal» et qu’un tel livre véhicule des « anti-valeurs ». Ses termes, malheureux et effroyables à mon sens, sont les siens, sont une opinion qu’elle ne fait qu’exprimer. Par contre lorsque la pédiatre assène que « Les idées marginales doivent être le choix des parents, en aucun cas celui d’une bibliothèque municipale ou d’une mairie », cela relève d’une forme de censure. La bibliothèque publique ne doit donc pas être une bibliothèque pour tous. « La marginalité » semble, dans son discours, assimilée à quelque chose de mauvais. Mais qu’est-ce que la marginalité? Le Robert offre plusieurs définitions: cela peut être quelque chose d’accessoire, de secondaire, ou encore: « une personne vivant en marge de la société parce qu’elle en refuse les normes ou n’y est pas adapté ».

Le discours de Edwige Antier est donc de refuser toute visibilité ou tout contact avec toutes idées -et donc personnes- n’étant pas dans la norme. Mais quelle norme, celle dictée par qui? Elle qualifie aussi de marginal l’idée qu’un couple homosexuel puisse élever un enfant, et, en l’occurence qu’elle fasse bien, et qu »ils soient des parents comme les autres. Car tel est le propos de Jean a deux mamans: peu importe que le petit loup ait deux mamans, il est heureux.  Son discours sous-entend aussi que l’homosexualité est une idée marginale qu’il ne faut pas propager…. Édifiant.

Une bibliothèque est un lieu d’expression, pas seulement un lieu de conservation, sa tâche est de laisser les idées libres de circuler et de les diffuser. L’Association des bibliothécaires français (ABF) avait défendu «le droit à l’accès de tous les points de vue pluralistes, au sein des bibliothèques».

Les bibliothécaires se battent souvent contre des récriminations et plaintes d’usager qui estiment intolérables que certains ouvrages se retrouvent à la disposition du public parce qu’eux-mêmes s’en trouvent heurtés. Des usagers qui estiment que leur façon de voir le monde est la bonne, l’unique. Comme si une bibliothèque devait être à l’image de ses usagers. Non, une bibliothèque est une ouverture vers l’autre, vers des territoires inconnus. Son image n’est pas fixe, elle se doit d’évoluer un cran à l’avance de la société selon moi. N’est-ce pas comme cela que nous pouvons évoluer, en tant qu’être intelligent, dans un ensemble de possibles?

 

C’était en 2004. La société évolue lentement. La censure entre souvent en jeu lorsque les bases de la société et ses références se trouvent chamboulées. La société évolue plus lentement que les idées. C’était en 2004, mais je m’étonne encore que de tels propos aient pus être tenus à l’époque. Quelle naïve, je fais… car finalement, entre 2012 et 2004, il n’y a pas tant de différences que cela. Bien sûr, le sujet de l’homosexualité est abordé un plus souvent, plus ouvertement dans la littérature jeunesse. Mais encore là, les idées évoluent plus vite que les gens.

 

Jean a deux mamans, Ophélie Texier, école des loisirs, coll. «Loulou et cie», 2004.

 

Autre titre sur l’homosexualité, encore la censure?

Marius, de Latifa Aloui et illustré par Stéphane Poulin, édité aux 400 coups (et en France à L’Atelier du poisson soluble) semble avoir suscité quelques réactions, et fait partie des livres qui posent problème aux médiateurs du livre. Cependant, je n’en sais pas plus, j’ai trouvé peu d’informations à ce sujet via les ressources web. Qu’en est-il exactement pour cet album, je suis bien curieuse de le savoir.

 

 

 

 


Advertisements

"

  1. billet très intéressant, bravo ! je viens de terminer le faire ou mourir qui aborde, entre autres, le sujet de l’homosexualité à l’adolescence. magnifique !

    Répondre
  2. Alice, merci effectivement pour ces billets très intéressants et développés!!!!

    Répondre
  3. La même Edwige Antier qui suggérait dans une émission de radio, à peu près à la même époque, que l’école maternelle n’était pas très utile, qui prône le co-sleeping, l’allaitement jusqu’à des âges que la décence m’interdit ici d’évoquer… Bref, il y a longtemps que les dires de cette dame me font, au mieux, sourire…

    Répondre
  4. Merci pour ces réflexions intéressantes que je découvre sur ton blog car ça faisait un moment que je n’étais pas venue…

    Si je suis absolument pour le pluralisme et la diversité en bib, je reste également convaincue qu’il est nécessaire d’éveiller les enfants à toutes les formes de représentations possibles du monde telle que l’homosexualité. Mais par pitié, surtout pas avec ce Jean et ses deux mamans. Je sais pas qui l’a lu, mais dans mes souvenirs Jean a une maman qui cuisine et l’autre qui fait le bricolage, une qui fait le menage et une qui regarde le foot, bref ça réduit complètement le couple homosexuel et ça dit yen a une qui fait la maman et l’autre le papa.

    Vraiment, on a fait des progrès fort heureusement mais quand on veut parler de tout il faut encore pouvoir bien en parler.

    Répondre
    • Tout à fait d’accord que Jean a deux mamans est assez sectaire dans le traitement quand bien même il parle d’homosexualité. Mon billet portant sur la censure, j’ai choisi de m’attarder sur les motifs invoqués pour le censurer, et sur le débat qu’il a créé à l’époque. Son traitement stéréotypé mérite à lui seul un autre billet sur la question des stéréotypes (en préparation d’ailleurs).

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :