Flux RSS

« Rien qu’un livre! Ni plus ni moins! »

Publié le

Dans mon billet du 05 février intitulé « Bon livre, mauvais livre », je parlais rapidement de la série Cherub de Robert Muchamore et de la réaction épidermique qu’elle causait. Patrice Favaro et Anne-Marie Mercier lui reprochent, en gros, son manque d’éthique et la mise en scène d’enfants espions.

Le 05 février, je citais une phrase de Marie Kuhlmann tirée de Censures et bibliothèques au XXème siècle: «Le discernement entre le bon et le mauvais livre varie selon les époques, l’éthique personnelle des individus, leur idéologie et les représentations qu’ils se font de la lecture et des lecteurs.» Je viens d’entamer la lecture de Cherub et cette citation est, selon moi, plus que pertinente.
On rentre une fois de plus dans un schéma, où, ici la littérature pour adolescents, est pensée comme devant répondre à certains critères. Oui, mais pensée à l’aune de quoi? De valeurs et d’éthique, vraiment? Ou de l’idée-cachée- de ce que devrait être un livre pour adolescents? L’incompréhension est grande face aux nombreux lecteurs de la série. Alors justement, et le lecteur dans tout ça? Les deux commentateurs parlent d’enfants-soldats. La réalité romanesque des espions de Cherub est très loin de celle des enfants-soldats, ces jeunes ne sont pas en guerre et n’ont pas été embrigadés de force. Avec Cherub, on est dans un fantasme. Fantasme d’actions, d’aventures, fantasmes de jeunes rompus aux arts martiaux, fantasme de jeunes héros, etc. Nous sommes dans un fantasme de lecteurs. Et la lecture, c’est ça aussi. Le fantasme, surtout le fantasme littéraire ne rentre pas dans des cases. Mais je me répète avec ces assertions que j’ai déjà traitées auparavant.

Alors, curieuse de voir ce qui dérangeait, je me suis procurée le tome 1 de la série: Cherub, 100 jours en enfer. Et je me suis rendue à la page 151. Le livre me tombe des mains. L’histoire est cousue de fil blanc, et impossible pour moi de rentrer dans l’action et l’écriture. Actions, oui, mais encore faudrait-il qu’elle soit balancée par autre chose, tels que des personnages secondaires plus étoffés.  À la lecture, j’ai vu le mécanisme de « tourne-page », ce qui fait que les lecteurs accrochent: une série avec un personnage atypique dont le destin semble sur la mauvaise voie, celle de la violence et des larcins. Des protagonistes caractérisés selon un film de série B, une action qui coule. Ce sont des mini James Bond! Bon, je me suis quand même attachée à James pendant ces 151 pages, mais pas assez pour continuer (tiens, je viens seulement de remarquer que le héros et le fameux espion anglais ont le même prénom. Simple coïncidence?) Je m’attendais à quelque chose de plus complexe vu les reproches faits, tant au niveau de la narration que du problème « éthique ».

Ce qu’il y a dans le livre ne m’a pas gêné, j’ai tendance à penser que je suis une lectrice intelligente, et que les autres le sont aussi. La question de l’éthique? Pas vu, car il s’agit d’une histoire. Pour moi, une histoire peut être à mille lieues de ma personnalité, mon individualité, mes conceptions, mes valeurs, mais je vais la prendre comme telle: une histoire. Qui me fera me poser des questions, ou pas. Qui m’horrifiera, ou pas.

En réfléchissant à l’écriture de ce billet, je me suis rappelée une anecdote citée par Anne Roland dans Le livre en analyse, chroniques de littérature jeunesse (Thierry Magnier, 2011), et qui m’ a inspiré le titre dudit billet. À propos d’une mère inquiète face à son désir de lire Je reviens de mourir, d’Antoine Dole, sa fille lui répond: « Maman… C’est qu’un livre!…» dit-elle, mi-suppliante, mi-insolente. Rien qu’un livre! Ni plus ni moins!« 

Cherub, 100 jours en enfer, Robert Muchamore, trad. de Antoine Pinchot, Casterman, 2009, 403 p. (format poche)


Advertisements

"

  1. Intéressantes, tes réflexions ! J’ai lu le premier tome de Cherub il y a…très longtemps, et l’idée que ça pouvait choquer ne m’a même pas effleurée à l’époque. Je suis d’accord avec toi : il s’agit de fiction avant tout !

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :