Flux RSS

Loup, où es-tu? Que fais-tu? Les loups de Olivier Douzou et Emmannuelle Eeckhout

Publié le

En littérature jeunesse, j’ai particulièrement de l’affection pour Le Loup…. Régulièrement, je vous proposerai des livres où Le Loup est présent. Il se montrera tour à tour féroce, drôle, sympathique, songeur, poète, etc… Une des premières thématiques que j’ai écrites pour Educathèque portait sur les loups. J’y ai pioché aujourd’hui deux loups qui jouent à être Le Loup, mais dont les habits ne font pas toujours le moine…

Robert, Robert, que ferait-on sans lui ? Mais qui est Robert ? De formes en formes un personnage prend vie sous les yeux du lecteur. Ici, le jeu de la devinette devient subtilement une peur que l’on anticipe avec délices, mais qui est rapidement désamorcée, car ce Robert, on l’aura deviné, est un loup qui nous ouvre grand les bras…. pour nous faire des bisous tout doux ! Ce tout-carton est si rondement mené que la grosse voix narrative se fait innée au fond de la gorge pour finir par une petite voix de souris, celle du petit Robert. L’effet sera renforcé si, en plus, vous jouez la comédie et que vous sautez sur vos pattes – euh vos jambes – que vous ouvrez grand vos bras et attrapez votre enfant pour lui faire un gros câlin. Une mode est lancée, voici « le bisou à la Robert » !

Saviez-vous que Robert a un comparse du côté des petits albums ?

La structure narrative de Loup est presque identique à celle de Robert, car des morceaux de corps apparaissent et laissent supposer la présence d’un loup féroce. Avec un dessin minimal, Olivier Douzou ancre progressivement la peur en faisant se dévoiler le loup peu à peu. Une fois de plus, l’angoisse se fait agréable car ce loup ne nous dévore finalement pas : s’il a mis sa serviette autour du coup, c’est pour manger… sa carotte ! Tout comme dans Robert, toute la réussite de l’album tient dans la qualité de la narration, dans sa répartition, et dans son humour latent et discret. C’est bon d’avoir peur et de rire en même temps !

Deux albums à utiliser en animation, deux albums à lire et à relire avec de grosses voix, des albums à mettre en scène. Les variations de son animation sont nombreuses!

Robert, Emmanuelle Eeckhout, Pastel, 2008, 14 p.

Loup, Olivier Douzou, Le rouergue, 2001, 24 p.

Publicités

"

  1. Je ne connaissais pas « Robert », mais avec un titre pareil, il me fait très envie !
    On m’a offert « Loup » pour mon p’tit Bigorneau et j’avoue que j’étais sceptique : je ne suis pas fan des graphismes. mais j’avais tort, c’est un franc succès et la chute est très drôle.
    Je suis d’accord avec toi, le loup est un chouette personnage d’album jeunesse.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :